Alors que les entreprises d’intelligence artificielle (IA) avancent à toute vitesse, l’opinion publique américaine semble envoyer un message clair : il est temps de ralentir. Contrairement à ce que préconisent certains dirigeants de l’industrie de la tech, une majorité écrasante des électeurs américains souhaite une approche plus mesurée dans le développement de l’IA.

Un désaccord flagrant avec les dirigeants de la tech

Il y a quelques mois, l’idée de freiner le développement de l’IA était presque taboue au sein de l’industrie technologique. Des figures telles que Sam Altman, PDG d’OpenAI, ont soutenu que ralentir le progrès de l’IA serait une erreur, surtout dans un contexte de compétition internationale, notamment avec la Chine. Cependant, selon un récent sondage de l’AI Policy Institute, 72 % des électeurs américains souhaitent ralentir le développement de l’IA, un chiffre qui contraste fortement avec les 8 % qui préféreraient accélérer.

Les détails du sondage

Le sondage, réalisé par YouGov, a interrogé 1 001 Américains de divers âges, sexes et affiliations politiques. La répartition ethnique des répondants était moins représentative, avec 73 % s’identifiant comme blancs, 12 % comme Noirs et 7 % comme Hispaniques. La majorité des répondants n’avaient pas de diplôme universitaire.

Un appel à la réglementation

L’un des résultats les plus frappants du sondage est que 82 % des électeurs américains ne font pas confiance aux entreprises d’IA pour s’autoréguler. Sarah Myers West, directrice générale du centre de recherche AI Now Institute, considère cette méfiance du public comme appropriée et prévisible. Elle souligne que les approches autorégulatrices ont montré leurs limites, comme en témoigne l’exemple des réseaux sociaux.

Vers une gouvernance de l’IA à « zéro confiance »

Face à cette méfiance, l’AI Now Institute a publié un nouveau cadre appelé « Zero Trust AI Governance ». Ce cadre propose trois principes clés :

  1. L’urgence d’agir – commencer par appliquer rigoureusement les lois existantes.
  2. L’établissement de règles claires et audacieuses qui soient facilement administrables.
  3. Placer le fardeau de la preuve sur les entreprises pour démontrer que leurs systèmes ne sont pas nuisibles à chaque étape du cycle de vie de l’IA.

Soutien public pour une réglementation stricte

Le sondage de l’AI Policy Institute montre un fort soutien public pour ces idées :

  • 58 % des électeurs souhaitent que le gouvernement fédéral réglemente rigoureusement l’IA.
  • 76 % des électeurs veulent que les images générées par l’IA soient obligatoirement marquées comme telles.
  • 65 % des électeurs sont en faveur de l’exigence que les modèles d’IA avancés prouvent leur sécurité avant leur mise en circulation.

Conclusion

Les résultats de ce sondage indiquent un changement de perception significatif au sein du public américain. Il est clair que les électeurs américains souhaitent que les décideurs politiques prennent des mesures pour garantir que le développement de l’IA se fasse de manière responsable et sécurisée. Ils semblent de plus en plus conscients que le progrès technologique ne rime pas nécessairement avec le progrès social, et ils appellent à une réflexion plus profonde sur les risques que nous sommes prêts à prendre au nom du potentiel de progrès technologique.