Introduction

Une révolution silencieuse est en cours. Si hier, elle était à peine perceptible, aujourd’hui, elle prend de l’ampleur et s’apprête à bouleverser nos vies. Il s’agit de l’ Intelligence Artificielle (IA) et de ses implications sur notre futur. En effet, si vous pensiez aller à la retraite à 64 ans, l’IA pourrait bien chambouler ces plans. Comment, vous demandez-vous ? Attachez vos ceintures, car on embarque pour un voyage dans un futur qui n’est peut-être pas si lointain.

L’IA, la règle du jeu change

Commençons par le commencement. Qu’est-ce que l’IA ? C’est une technologie capable d’imiter ou de remplacer l’intelligence humaine. Si pour l’instant, elle est davantage un outil pratique, elle a le potentiel de devenir bien plus que ça. Goldman Sachs, renommée entreprise de services financiers, prédit qu’elle pourrait générer une croissance économique mondiale de 7000 milliards de dollars d’ici 10 ans. Tentant, n’est-ce pas ? Mais attention, ce n’est pas tout rose. Car ce progrès fulgurant pourrait avoir des conséquences sur notre travail et donc notre retraite.

Cotisation, retraite et déséquilibre démographique

En France, notre système de retraite est basé sur la solidarité. En clair, les actifs cotisent pour les retraités. Le problème, c’est que ce système est menacé par un déséquilibre démographique : de moins en moins d’actifs pour de plus en plus de retraités. Pour pallier ça, le gouvernement propose de repousser l’âge de la retraite à 64 ans. Sur le papier, cela semble être une solution. Mais est-ce vraiment suffisant ?

L’IA, une menace pour l’emploi ?

En un mot : oui. L’IA a le potentiel de remplacer des millions d’emplois. Surtout ceux qui sont prévisibles et répétitifs. Aucun secteur n’est à l’abri. Et ce n’est pas une question de niveau d’étude ou d’intelligence. L’IA pourrait bien nous mettre à la retraite bien avant nos 64 ans. Cela signifie moins de travailleurs pour financer les retraites. Vous commencez à voir le problème ?

Vers un revenu universel ?

Face à ce constat, une solution est souvent proposée : le revenu universel. L’idée est simple : donner un revenu sans condition à tous les citoyens. Cela leur permettrait de continuer à consommer et donc à faire tourner l’économie. Mais cette solution pose deux problèmes majeurs. D’abord, elle pourrait encourager la dépendance et la paresse. Ensuite, son financement est incertain. Les taxes, les impôts, la réduction des dépenses publiques ? Toutes ces solutions ont leurs limites.

Un futur incertain

Alors, que nous réserve l’avenir ? Difficile à dire. Ce qui est sûr, c’est que l’IA va continuer à se développer. Son potentiel économique est trop grand pour être ignoré. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de solutions. Peut-être faudra-t-il inventer de nouveaux systèmes, de nouvelles manières de penser l’économie et la société. En attendant, une chose est certaine : l’IA est là pour rester. Et elle pourrait bien vous mettre à la retraite avant vos 64 ans. Pensez-y la prochaine fois que vous utilisez Siri ou Alexa.