L’intelligence artificielle (IA) a déjà prouvé sa supériorité dans des jeux complexes comme les échecs ou le Go. Alors, pourquoi ne pas la laisser dominer le marché boursier ? Si cette idée peut sembler séduisante, la réalité est plus nuancée.

L’IA : un outil, pas une solution miracle

Bien que l’IA soit de plus en plus utilisée dans la gestion de fortune, elle n’est pas encore prête à remplacer entièrement le processus d’investissement. Comme le souligne Chris Ford de Sanlam Investment Management basé à Londres, il n’existe pas de système où un gestionnaire peut simplement laisser l’IA faire tout le travail et se détendre sur une plage. L’IA sera davantage utilisée pour des tâches spécifiques, comme l’analyse d’entreprises ou la gestion des échanges. Mais son adoption ne signifie pas nécessairement une transformation radicale du secteur.

L’informatique en investissement : rien de nouveau

L’utilisation de l’informatique pour guider les investissements ne date pas d’hier. Les fonds indiciels, par exemple, sont largement automatisés. De nombreux gestionnaires utilisent des programmes pour essayer de surpasser le marché, en analysant les données de trading passées. Mais avec l’adoption croissante de l’IA, ces programmes pourraient finir par s’affronter, menant potentiellement à une impasse.

Les défis de l’IA en finance

L’IA n’est pas sans failles. Certains modèles linguistiques ont produit de fausses informations, mettant en évidence les risques associés à leur utilisation sans discernement. De plus, malgré les avancées technologiques, de nombreux clients fortunés préfèrent toujours le contact humain, considéré comme essentiel dans le secteur.

L’avenir de l’IA en gestion de fortune

Les entreprises de gestion de fonds espèrent que l’IA pourra répondre à de nombreuses questions des clients via des « chatbots ». Ces robots conversationnels, formés à partir de conversations passées avec des clients, pourraient répondre instantanément à toutes les questions concernant les fonds d’une entreprise. Cependant, l’importance du contact humain demeure, surtout pour les clients fortunés qui souhaitent savoir que leur portefeuille est entre de bonnes mains.

L’IA au service de la personnalisation

L’IA peut également aider à fournir des produits spécifiques que les clients désirent. Dans le monde de l’investissement éthique, par exemple, l’IA peut rapidement rechercher l’univers investissable pour créer un portefeuille adapté aux principes individuels d’un client.

L’impact discret de l’IA

La plupart des clients ne remarqueront probablement pas l’effet de l’IA sur les opérations de leurs gestionnaires de fonds. Les rendements ne s’amélioreront pas soudainement, et leurs conseillers de confiance ne seront pas remplacés par une machine sans âme, du moins pas au sommet du marché. Les entreprises d’investissement utiliseront plutôt l’IA pour rendre leurs opérations plus efficaces.

Concluons que l’IA pourrait bien bouleverser le monde, mais en ce qui concerne la gestion de fonds, les changements seront progressifs et non révolutionnaires.