L’intelligence artificielle (IA) n’est plus un mythe, elle est désormais bien réelle. Elle s’installe progressivement dans notre quotidien et s’attaque à présent à un véritable enjeu de notre société : la mobilité. De la conduite autonome à l’anticipation des comportements routiers, l’IA n’a pas fini de nous étonner.

L’Irruption de l’IA dans l’univers des transports

Il y a quelques années, l’idée que les voitures puissent conduire seules relevait de la science-fiction. Aujourd’hui, c’est une réalité qui se dessine à l’horizon grâce à l’IA. Le domaine automobile se transforme et devient un véritable laboratoire d’innovations technologiques.

Les constructeurs automobiles ont travaillé sans relâche pour introduire des systèmes de sécurité sophistiqués et des aides à la conduite de pointe. Ils ont repoussé les limites du possible pour concevoir des véhicules de plus en plus autonomes. On parle désormais de voitures intelligentes, capables de prendre des décisions en temps réel pour éviter un obstacle ou choisir le meilleur itinéraire.

Wave, la nouvelle star de l’IA appliquée à l’automobile

Parmi les startups qui font bouger les lignes, on retrouve Wave. Basée à Cambridge, cette entreprise innovante propose d’utiliser l’IA pour développer l’autonomie des véhicules. Leur idée ? S’orienter vers les avantages de l’IA pour atteindre l’autonomie de conduite totale.

La startup utilise l’apprentissage par renforcement, une technique de Deep learning. Au cœur de ce dispositif, un réseau neuronal convulsif multicouche qui apprend à une voiture à s’adapter et à appliquer ses connaissances des expériences antérieures dans des circonstances différentes. L’idée est d’enseigner à la voiture à réagir de manière autonome à des scénarios de circulation variés ou des conditions météorologiques uniques.

Ce système d’apprentissage par renforcement est complété par une logique de récompense/pénalité pour accélérer l’apprentissage. Les résultats sont étonnants : une voiture peut apprendre les bases de la conduite en seulement 20 minutes !

Les véhicules autonomes : un langage et une norme pour mieux comprendre

Pour mieux comprendre ce que signifie « conduite autonome », il est nécessaire de se référer à la norme J3016 établie en 2014 par la Société des Ingénieurs Automobiles. Cette norme définit six niveaux de conduite autonome, du niveau 0 (aucune assistance au conducteur) au niveau 5 (conduite entièrement autonome). Ceci clarifie le débat public et facilite la communication entre les industriels et les acteurs gouvernementaux.

Les enjeux et obstacles de la conduite autonome

Malgré des avancées technologiques spectaculaires, le chemin vers la conduite autonome totale est encore parsemé d’embûches. Les véhicules actuels sont équipés de multiples capteurs, caméras et radars couplés à de puissants logiciels embarqués qui utilisent l’IA. Cependant, l’utilisation des systèmes de conduite autonomes reste pour l’instant limitée.

La principale difficulté est la capacité des véhicules à percevoir et à réagir à leur environnement de manière précise et sûre. Les véhicules doivent être capables de communiquer avec les autres véhicules et les infrastructures routières.

Il y a aussi les questions juridiques liées à la responsabilité en cas d’accident. Qui sera responsable en cas d’accident impliquant un véhicule autonome ? Enfin, il y a la question de la confiance des utilisateurs. Des cas de défaillance ont été rapportés, alimentant la peur de certains.

Vers une nouvelle ère de la mobilité

Malgré ces défis, l’IA a le potentiel de révolutionner notre conception de la mobilité. Les véhicules autonomes pourraient remodeler la façon dont nous nous déplaçons et interagissons sur les routes. Grâce au développement de systèmes capables d’apprendre de leur environnement tout en maintenant la sécurité comme priorité absolue, nous pourrions entrer dans une nouvelle ère.

La technologie de la conduite autonome offre une multitude de possibilités : réduction des accidents de la route, diminution de la pollution, économie de temps… De plus, elle pourrait rendre la mobilité plus accessible aux personnes à mobilité réduite ou aux personnes âgées.

Finalement, si le chemin vers la conduite autonome totale n’est pas encore tout tracé, une chose est sûre : l’IA est en train de faire entrer le secteur des transports dans une nouvelle ère. Et c’est à nous de nous y adapter.