C’est une nouvelle ère, celle de l’intelligence artificielle (IA). Si l’on vous disait que le pape François en doudoune blanche, Emmanuel Macron ramassant des poubelles ou Donald Trump arrêté par la police sont des images générées par une IA, le croiriez vous ? Ces photos, bien qu’elles aient fait le tour du monde, sont fausses. Elles ont été créées par une IA à partir de simples mots. La technologie de génération d’image est désormais si avancée qu’elle peut créer des images pour illustrer n’importe quelle situation, vraie ou fausse. Cependant, cette avancée technologique soulève des questions éthiques et de confiance. Leur réalisme peut semer le doute, alimentant ainsi une société de défiance. C’est un défi majeur qui se profile.

Les progrès de l’IA

L’IA, à travers son apprentissage automatique, est capable de générer des images avec une précision terrifiante. Pour y parvenir, l’IA analyse des milliards d’images et de textes qui décrivent leur contenu. Elle identifie ensuite les récurrences dans l’agencement des pixels pour créer ses propres combinaisons. Cette technique de superposition des pixels, appelée diffusion, permet à l’IA de générer des images jamais vues auparavant. C’est un triomphe technologique indéniable.

L’IA lie ensuite les images générées à des descriptions textuelles. Elle est donc capable de correspondre à une description textuelle avec une image générée. Mais ce n’est pas tout. L’IA peut inverser ce processus et générer une image à partir d’une description textuelle. Ce qui rend cette technologie encore plus impressionnante, c’est que l’IA ne se contente pas de faire un montage à partir d’images existantes. Elle génère de nouvelles combinaisons à partir de l’étude des agencements de pixels dans les bases de données. Chaque image générée est donc unique.

Les limites de l’IA

Cependant, malgré ces avancées, l’IA a une lacune majeure : elle a du mal à dessiner des mains. Les mains sont un ensemble sophistiqué. Elles ont une forme et une structure complexes – plus d’un quart des os du corps se trouvent dans les mains. Les mains peuvent prendre de nombreux aspects différents, ce qui complique leur représentation pour l’IA.

L’IA ne comprend pas ce qu’elle dessine. Pour elle, les mains ne sont qu’une combinaison de pixels agencés de manière statistique, comme un bras. Elle ne comprend pas l’anatomie tridimensionnelle d’une main, ni comment les doigts interagissent. Sa connaissance est limitée aux images bidimensionnelles de ses bases de données. Si ces données manquent d’exemples, l’IA peut avoir du mal à générer des descriptions précises.

En outre, le texte décrivant une image ne fait souvent pas référence aux mains. Par exemple, une description typique ne mentionnera pas comment les doigts tiennent un appareil photo, mais se contentera de dire qu’il s’agit d’une femme souriante. Cela donne à l’IA moins de matière pour affiner sa création.

Les défis pour l’avenir

L’avenir de l’IA est incertain. Des améliorations sont déjà en cours pour combler les lacunes actuelles. En mars 2023, une mise à jour du logiciel a été publiée, améliorant le rendu des mains. Cependant, les méthodes utilisées sont restées vagues. On suppose que le programme a été spécifiquement formé sur des images de mains.

De plus, des générateurs d’images en trois dimensions sont en développement. Bien qu’ils ne soient pas encore très aboutis, une meilleure compréhension spatiale de la main pourrait, à terme, permettre un meilleur rendu en deux dimensions.

Il est probable qu’un jour, ces logiciels maîtriseront la représentation des mains. Il ne sera alors plus possible pour l’œil nu de discerner le vrai du faux. Et ce défi ne se limite pas aux images. L’IA, comme Chat GPT, peut aussi générer du texte. Des milliards de textes lui apprennent à prédire les mots d’une phrase, sans que cette phrase soit nécessairement vraie. En somme, l’IA peut inventer des citations.

Ceci soulève des questions d’éthique et de confiance. Les autorités travaillent déjà à un cadre juridique pour réguler ces technologies. Il est essentiel d’agir rapidement, car ces logiciels gagnent en popularité. En février 2023, Chat GPT enregistrait déjà 1 milliard de visites sur son site. Le défi est de taille.

Ainsi, l’IA, malgré ses avancées impressionnantes, a encore du chemin à parcourir. Elle présente des opportunités fascinantes, mais aussi des défis éthiques et de confiance. Pour naviguer dans ce nouvel environnement, nous devrons apprendre à douter, à vérifier et à nous adapter à une réalité où le vrai et le faux sont de plus en plus difficiles à distinguer.